TER

DYSFONCTIONNEMENTS DES TER

LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE RÉGION

Danielle LEBAIL, Antoine FATIGA, François JACQUART

(Groupe Front de Gauche, Ensemble, Communistes, Parti de Gauche, Gauche Unitaire et Partenaires Région Rhône-Alpes)

 

"Nous tenions à réagir à vos différents communiqués sur la question des T.E.R. Par ce courrier, nous voulons vous donner notre avis, faire ressortir les responsabilités de chacun et vous faire une proposition.

Nous partageons avec vous l’idée qu’il n’est plus possible,, sur les questions de régularité, de poursuivre la pente descendante sur laquelle nous sommes engagés depuis plusieurs mois. Les retards chroniques sur de nombreuses lignes et la non réponse apportée aux problèmes posés (régularité, confort) mettent à mal les efforts produits par la Région en terme d’augmentation de la desserte avec le cadencement, efforts pour davantage de services proposés aux usagers.

Nous avons raison de demander  des comptes à la S.N.C.F..,, notre prestataire de service et de faire jouer la clause du bonus – malus,, au travers de la convention qui nous lie à l’entreprise.. Vous affichez vouloir réinvestir la somme de ces pénalités dans un « plan qualité T.E.R. » : soit, nous entendons et nous aussi jugerons sur les faits !

Mais nous vous rappelons ici également toute l’importance que nous accordons au dialogue et à la nécessité de la concertation qui doit prévaloir avec les associations d’’usagerrs et l’ensemblle des acteurs à travers les Comités de ligne. Nous avons tous pu mesurer les répercussions néfastes de son insuffisance en 2010..

Pour autant, peut-on en rester là et attendre un nouveau dispositif de pénalisation ou des réponses dans les prochaines semaines, comme l’annonce votre communiqué ? Non.

Pour notre part, notre groupe pense qu’élu-e-s que nous sommes et autorité organisatrice, nous nous devons de porter l’ensemble des responsabilités de celles et ceux « qui font le train ».

Nous le savons tous,, nous payons aujourd’hui le prix de politiques d’’années passées de désengagement envers le ferroviaire qui nous amènent aujourd’hui à constater un retard presque insurmontable sur le plan des infrastructures.

Malgré nos efforts, l’’Etat n’’est pas au rendez--vous sur cette question. Il ne faut pas l’oublier car à trop faire porter uniquement la responsabilité sur l’opérateur public ferroviaire, nous risquons de faire le lit du privé et d’oublier les efforts faits par les cheminots pour que le système fonctionne quand même.

 

Que fait-on ?

Nous constatons tous les jours que la séparation infrastructure (R.F.F.) et transport (S.N.C.F.) est unvéritable problème pesant sur le travail en commun.

De plus, le niveau d’endettement de R.F.F. ne lui permet pas de répondre aux attentes de rénovation et de développement des infrastructures, à la hauteur des besoins.

 

Que dit-on ?

Que la S.N.C.F. semble par ses difficultés de réorganisation, incapable de réagir lors de grandes difficultés et l’annonce – chaque année au moment du vote du budget de cette entreprise – de suppressions d’emplois, pose question.

Comment fait-on du plus avec du moins ? Que fait-on ?

Vous l’aurez compris, nous souhaitons pour notre part que toutes les responsabilités soient pointées du doigt, mais nous-mêmes, en notre qualité d’autorité organisatrice des transports T.E.R., devons afficher notre volonté de résoudre les problèmes posés.

C’est pourquoi – au--delà des injonctions faites à la S.N.C.F.. – nous vous proposons d’organiser une conférence régionale sur les transports, avec l’objectif suivant : mettre l’ensemble des acteurs autour d’’une table ronde pour pointer concrètement toutes les raisons des difficultés,, travailler aux solutions avec un plan déterminant les urgences,, les réponses à long terme et les engagements de chacun.."

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site